Chapitre 7 - Un héros dans la jungle

La course poursuite continue dans la jungle. Les douze cannibales semblent habitués à parcourir rapidement la jungle. Ils se déplacent avec agilité en courant, sautant de branches en branches et évitant la moindre perte de temps. Les cris des cannibales se mêlent aux vociférations du mage rouge. Celui-ci a repéré Clain et son groupe, il hurle aux membres de son groupe de capturer l’enchanteur vivant.

Les aventuriers sont suivis par les mangeurs d’homme au sud, et attaqué par le représentant du Thay à l’ouest. Clain et Evendur sont à la traine à la suite de leur chute. NybarG décide donc le commandement du groupe et parvient à dégager un chemin sur et rapide. Une bouffée d’adrénaline dans les veines, les cinq explorateurs parviennent à semer leurs poursuivants. Dans la course, Clain lance un sort de motif hypnotique quinze mètres derrière eux. Il espère que les cannibales tomberont sous le sort et abandonneront la traque.

Au bout de plusieurs heures, le groupe se retrouve dans un coin de la jungle qu’ils ne connaissent pas. Les bruits de poursuite se sont arrêtés depuis un long moment déjà mais NybarG a préféré s’assurer de mettre un maximum de distance entre eux et les deux menaces. Clain demande à Evendur de vérifier les alentours. Le druide confirme qu’il n’y a pas de danger pour le moment. Kerlam’halaha reprend sa routine : elle lance le sortilège petite hutte de Leomund, trouve un endroit où s’assoir et sort sa lyre. Evendur fourni l’eau et chaque aventurier se repose et consomme une ration. Le constat est amer : ils sont perdus et fatigués.

Après une nuit de repos, le groupe reprend la route. Il faut absolument trouver un endroit ou se repérer. En avançant un peu à l’aveuglette, ils arrivent à un endroit qu’ils reconnaissent. Ils ont tourné en rond et se retrouve sur le lieu du festin des cannibales. Plusieurs morts-vivants sont allongés au sol, les os ont été rongés le jour précédent par les autochtones. La journée a été longue mais les aventuriers ne souhaitent pas se reposer ici, ils décident de continuer de nuit et de s’éloigner de cet endroit macabre.

allausaurus

Le jour se lève, les héros ont trouvés une grande plaine sans arbre. Les herbes sont très hautes, jusqu’aux épaules par moment. Un grand craquement survient au nord. Le groupe se retourne et surprend deux allosaures affamés à l’orée de la jungle. Les deux dinosaures hument l’air et se tournent rapidement vers le groupe d’humanoïdes. A n’en pas douter, ils suivent leurs traces depuis un moment. Finnan crie à Kerlam’halaha de lancer le sort de petite hutte de Leomund pour leur offrir un abri dans cette plaine sans recoin ou se cacher. Dans le même temps, Clain essaye d’hypnotiser les deux prédateurs à l’aide du même sort que le jour précédent.

Les deux allosaures se précipitent sur les héros, mais ils sont loin. Ils n’ont fait que la moitié du chemin lorsque Kerlam’halaha cache tout le groupe sous le dôme magique. Caché de la vue des dinosaures, ils les regardent chercher une trace du groupe sans succès. Les allosaures reniflent et regardent partout puis retournent dans la jungle.

Finnan se vante d’avoir sauvé le groupe. Sans sa merveilleuse idée de s’abriter sous le dôme magique de Kerlam’halaha, ils auraient dû mener un combat qu’ils n’auraient peut-être pas gagné. NybarG lui demande de redescendre un peu. Ils sont toujours perdus et les menaces autour d’eux ne semblent que de plus en plus importantes. Le groupe est éreinté et perdu. Le jour se lève et ils n’ont toujours pas dormi. Après une discussion animée, la décision est prise, ils resteront ici, dans la petite hutte de Leomund pendant la journée et la nuit. Ils repartiront le lendemain après s’être complètement reposé. Clain et Kerlam’halaha décident de passer la nuit à l’abri. L’elfe prend son instrument de musique pour perfectionner sa technique. Clain de son côté réfléchi aux évènements qui se sont passés ces derniers jours.

2ba33fa471a5d7eff55f068b3bac2fd1

Evendur, NybarG et Finnan partent de leur côté. Ils vont explorer les alentours et essayer de trouver d’autres fruits, insectes ou plantes d’intérêt. Avec un peu de chance, la vente de leur récolte leur permettra d’oublier cette première excursion ratée dans la jungle. Au milieu de la journée, alors que les trois compères continuent de chercher, ils aperçoivent un homme et une créature étrange, entre le dragon et l’humaine s’approcher. Les deux arrivants semblent pacifiques mais marchent rapidement en se retournant régulièrement. Arrivé à proximité des trois aventuriers, ils lèvent les mains vers le ciel.

  • Bonjour aventuriers, pourriez-vous nous aider ?
  • Un instant étranger, répond Finnan. Qui êtes-vous et d’où venez-vous ?
  • Oui, vous avez raison, j’ai oublié de me présenter, ricane le nouveau venu. Je me nomme Artus Cimber et mon compagnon s’appelle Chair-à-dragon. Nous sommes deux aventuriers comme vous et aurions besoin d’un abri et de repos.
  • Comment être sûr que nous pouvons leur faire confiance, lance Clain.
  • Nous sommes poursuivis depuis hier par deux gros reptiles. Nous n’avons pas réussi à les semer et cherchons un abri pour la nuit. Je vois au loin un dôme reconnaissable, je pense que vous êtes accompagné d’un mage qui vous protège grâce un sortilège de Leomund. Pouvons-nous profiter de votre abri ? Nous pourrons parler là-bas.
  • Très bien, accompagnez-nous. Cette maudite jungle pourrait nous tomber dessus à n’importe quel moment, termine Finnan.

Au bout d’une trentaine de minute, tout le monde est à l’abri sous la protection de Kerlam’halaha. Pour laisser entrer les deux arrivants, elle a mis fin à son sort et en a lancé un nouveau. Une odeur de citron plate autour de Chair-à-dragon alors que celui-ci s’assoit à l’écart, laissant Artus Cimber diriger la conversation.

Le nom du héros n’est pas inconnu des aventuriers. Ils ont entendu les Ménestrels citer ce personnage plusieurs fois mais ne savent plus dans quel contexte. Artus relance la discussion :

  • Eh bien, cinq aventuriers courageux comme vous, ce n’est pas banal au milieu de cette enfer. Que faites-vous ici ?
  • Nous travaillons pour le fort Beluarian. On nous offre une charte d’exploration de l’île contre un peu de ménage et de reconnaissance. On cherche des morts-vivants a exterminés ou des traces étranges, un peu au sud-est d’ici.
  • Allons bon, ceci n’est qu’une partie de votre raison d’être ici. J’ai croisé plusieurs groupes d’aventuriers. Certains en bien mauvaises postures. Je sais que des gens enquête sur la malédiction qui frappe le monde en ce moment. Êtes-vous ici pour cela également ?
  • Ça suffit, sir Cimber, intervient Clain. Tout cette discussion ne va que dans un sens. Nous serons honnêtes avec vous quand vous nous direz qui vous êtes et ce que vous faites ici.
  • Je comprends. Vous avez déjà dû entendre mon nom, je suis quelque peu célèbre. Comme je vous le disais, je suis Artus Cimber, ancien Ménestrel. J’ai pas mal bourlingué, on va dire. J’ai perdu ma femme, Alisande. Elle a disparu lors de la Magepeste, avec la ville de Mezro. C’est l’amour de ma vie et je dois la retrouver. Absolument. Je cherche les ruines d’Orolunga. Il s’y trouverait un Naga qui pourrait m’aider. En dehors de ça, plusieurs factions sont à ma recherche : les Ménestrels aimerait récupérer mon anneau. C’est un puissant artefact. Le Zhentarim a appris que je me trouvais ici. Les magiciens rouges du Thay recherche le même artefact que vous mais ils m’ont remarqué à Port Nyanzaru. S’ils me tombent dessus, ils en profiteront. Enfin, les géants du givre sont arrivés sur l’ile et cherchent mon anneau. Ils veulent geler le monde pour régner plus facilement sur celui-ci.
  • Avez-vous une preuve de tout cela ? Je ne vous fais toujours pas confiance, reprend Clain.
  • Je vais partager avec vous quelques informations concrète. Avez-vous une carte ?

Chair-à-dragon s’agite quelque peu mais le héros le calme d’un geste de la main. NybarG tend la carte. Tous les aventuriers remarquent le haussement de sourcils de leur visiteur à la vue de la carte fournie par Sindra Sylvaine. Artus pointe du doigt un emplacement précis de la carte :

  • Vous trouverez ici l’amarrage du bateau des géants du givre. C’est un peu à l’est d’ici et ils sont sans doute responsable des traces sur lesquelles vous devez enquêter. Je ne m’y risquerais pas car c’est moi qu’ils recherchent. A vous de me dire ce que vous faites exactement ici.
  • Nous cherchons un artefact dans la jungle répond Finnan.
  • Assez, s’énerve NybarG. Arrêtons de tourner autour du pot, cela n’en finit pas. Nous sommes ici pour la malédiction comme vous l’avez deviné. Nous travaillons pour les Ménestrels qui pensent qu’un artefact présent au Chult est la cause du problème.
  • Laissez-nous vous aider. Nous pouvons vous accompagner jusqu’au lieu où se trouve cet artefact. Une fois sur place, nous disparaitrons et vous laisserons le récupérer et le fournir aux Ménestrels.
  • Pourquoi nous aideriez-vous, demande Clain, méfiant.
  • Se débarrasser d’une malédiction qui frappe le monde entier me semble suffisant.

Evendur sonde depuis le début de l’échange le visiteur. Rien ne permet de douter de ses allégations.

  • Faisons lui confiance pour le moment, annonce le druide. Dites-nous en plus sur les mages rouges. Nous avons eu affaire avec eux.
  • Faites attention au cœur d’Ubtao, reprend Artus en pointant un endroit de la carte. Le lieu est magnifique et vous comprendrez toute de suite d’où il tient son nom. Mais c’est d’ici que Valindra Manteaudombre dirige les opérations des mages rouges.
  • Restez avec nous ce soir, termine NybarG. Partageons abri, rations et chansons, cela sera un bon début.

Une odeur de citron émane de nouveau de Chair-à-dragon. Surpris, Finnan demande de quoi il s’agit. L’humanoïde ne répond pas.

  • Il ne parle pas notre langue, intervient Artus. Il vous comprend, mais ne peut pas répondre. Il communique ses émotions au travers des odeurs qu’il dégage. Amusant n’est-ce pas ?

Après le repas, avant que tours de garde et repos ne s’enchaine, le groupe discute de la suite des évènements. Ils décident de partir au sud pour trouver des goules. De les exterminer et de remonter des preuves au fort Beluarian. Une fois acquitté de leur mission et légitime à porter une charte d’exploration, ils reprendront la quête de l’artefact responsable de la malédiction.

bdedd4813b3631476006cbc6f669a9df

Ajouter un commentaire

Next Post Previous Post