Chapitre 17 - Un escalier branlant et une araignée piquée

Le combat contre Grannoc et ses brindilles fut des plus longs et des plus rudes. L’arrivée des orcs a empiré une situation explosive. Kerlam’halaha en a payé le prix. Les attaques incessantes contre le mage l’auront fait s’évanouir et sans l’intervention de NybarG, elle serait sans doute morte. Le demi-orc a subi de nombreux coups pendant qu’il forçait l’elfe à avaler une potion. Maintenant que le combat est terminé, Kerlam’halaha remercie NybarG. Le barbare a sauvé le mage, mais aussi tout le groupe. Si Kerlam’halaha ne s’était pas relevée, ils auraient sans doute tous succombés à l’assaut.

Le groupe décide qu’il faut se reposer au plus vite. Evendur est toujours affaibli par le combat alors que Clain et Kerlam’halaha doivent absolument se reposer pour pouvoir faire appel à leurs magies de nouveau. Les héros regardent par les fenêtres. Aucun signe à l’extérieur, ils ne devraient pas avoir à subit une seconde attaque. Les sangliers semblent toujours dans leurs parcelles. Y avait-il un seul anachorète ?

Les cinq aventuriers envisagent plusieurs solutions pour se reposer.

Faut-il fuir dans la forêt et monter un camp ? Non, cela sera sans doute encore plus dangereux que de choisir une salle dans ce manoir et de s’y barricader.

Faut-il se barricader dans cette pièce ? La porte est complètement détruite. Clain s’attarde sur les planches et morceaux de bois qui la constituaient mais ils sont tous vermoulus et abimés par le temps. Aucune chance de pouvoir les utiliser pour bloquer un accès.

NybarG et Finnan proposent de retourner dans la chambre de maitre. Il s’y trouve une pièce secrète ou ils pourront peut-être tous se cacher pour la nuit. Kerlam’halaha et Clain rétorquent qu’elle est bien trop petite pour tout le groupe.

Evendur propose de se retrancher à l’étage de la bibliothèque. La porte accédant à ce balcon est une porte cachée dans la chambre de maitre. Il ne restera que l’escalier à couvrir. Les autres héros acquiescent et tous se rendent dans la bibliothèque. Kerlam’halaha et NybarG posent leurs couchettes entre l’escalier et la porte secrète tandis qu’Evendur, Clain et Finnan se couchent au nord de la petite pièce.

fd3a78374bc2c86ddc7fe097382052cf

Kerlam’halaha prend le premier tour de garde. Les deux heures passent sans problème mais elle entend plusieurs fois des bruis en bas. Des pas et des grognements semblent surgir de tout le manoir. A la fin de sa garde, elle réveille NybarG et le prévient du bruit. « Garde bien l’oreille tendue. », explique-t-elle au demi-orc. NybarG se retourne vers elle, agrippe son oreille et la tend, « comme ça ? » demande-t-il. Kerlam’halaha lève les yeux au ciel. Elle demande à son familier, une petite araignée, de se rendre en bas pour inspecter les lieux. Alors qu’elle commence à voir au travers des yeux de celle-ci, elle se rend compte que le rez-de-chaussée de la bibliothèque est vide. Il n’y a pas de danger. Elle envoie son araignée dans la pièce attenante, celle ou avait eu lieu l’étrange cérémonie. Dans celle-ci, trois sangliers rodent. Ils vont et viennent régulièrement. Elle prévient NybarG et va dans un coin effectuer sa transe pour se reposer.

Le demi-orc commence son tour de garde. Il n’entend rien de particulier et n’est pas attaqué. Au bout de deux heures, il réveille Evendur. Une fois le barbare endormi, le druide se concentre sur les bruits autour de lui. Pas de grincement dans l’escalier en colimaçon. Pas de bruit dans la chambre d’à côté. Pourtant, des grognements et des bruits viennent d’en bas. Quelque chose ou quelqu’un semble tirer ou trainer des objets lourds ou encombrants.

Evendur réveille Finnan. Kerlam’halaha termine sa transe et accompagne l’halfelin pour le dernier tour de garde. Finnan n’entend rien, encore engourdi de sommeil, il ne perçoit rien en dehors des ronflements de ses compagnons. Kerlam’halaha trouve que ce silence est anormal. Elle reprend la vision de son araignée, restée dans la salle du bas et sursaute. Plus aucun cadavre dans la salle.

Au petit matin, le reste du groupe se réveille. Finnan jette un œil par la fenêtre et s’étonne de ne voir aucun sanglier dehors. Les héros décident de commencer par vérifier le reste de l’étage. Une fois qu’ils auront vérifié que les pièces sont sures, ils descendront prudemment pour explorer le reste du manoir.

b82efecfb50621380fc73ff2c5c98e61

NybarG ouvre la porte secrète et entre dans la chambre luxueuse. Rien n’a bougé. Il vérifie ensuite le couloir. Ici aussi, tous les cadavres ont disparu. Kerlam’halaha inspecte la cour par la fenêtre. L’étrange puit dont sortent toutes ces branches de lierres est très étranges, mais en dehors de cela, aucun signe de vie.

Le groupe avance dans le couloir, NybarG en tête. En face d’eux, une porte s’ouvre sur une salle de bain. Cette pièce ronde possède un toit conique et une fenêtre ouverte au nord, à travers laquelle pousse du lierre. Une baignoire en fonte aux pieds griffus se dresse au milieu de la pièce. À côté de la baignoire se trouve une pompe à eau en fer rouillé. Evendur fouille la pièce rapidement mais semble avoir peur d’actionner le levier. Étonné, NybarG l’actionne immédiatement. De l’eau chaude coule immédiatement dans la baignoire. Aucun doute, une source chaude se trouve sous la maison. Le groupe retourne dans le couloir passe près d’un escalier qui descend mais préfère accéder à la dernière porte au bout du couloir, côté ouest. Devant la porte close, NybarG sort sa hache et s’apprête à y asséner un grand coup alors que Finnan propose de la crocheter. Clain sourit puis actionne la poignée de la porte qui s’ouvre. Il se retourne et dans un haussement d’épaule, sourit bêtement aux deux compagnons qui n’avaient même pas essayé.

Le groupe se trouvent dans le couloir au-dessus des arcades de la cour intérieure. Il la traverse rapidement pour accéder au fond à l’ancienne chambre d’amis du manoir. Les orcs ont dû s’approprier cette salle comme pièce de vie. Ils ont détruit et poussé les restes du mobilier autrefois raffiné de cette pièce, ne laissant rien de valeur. Des couchettes salles et odorantes sont présentes dans un coin de la salle. Un grand trou dans le coin sud-ouest de la salle donne sur le rez-de-chaussée.

Finnan s’allonge au bord du trou et penche la tête à travers celui-ci. Il découvre une salle vide, accessible par le trou. Des lits et un semblant de salle à manger semble présents dans celle-ci. Il se relève et propose de descendre tout de suite. NybarG et Kerlam’halaha acceptent alors que Clain et Evendur préfère retourner prendre l’escalier dans le couloir.

Kerlam’halaha et NybarG descendent sans problème dans le trou. Finnan, l’halfelin, est obligé de se pendre au rebord du trou et de demander de l’aide à NybarG. Celui-ci l’attrape comme un enfant et le repose au sol en se moquant du roublard, bien peu débrouillard. Cette pièce était autrefois une chambre à coucher, une cuisine et une salle à manger en une seule. Quatre lits se dressent le long du mur sud, avec des fenêtres aux volets clos. Contre le mur ouest se trouvent quatre armoires et une armoire pleine de vaisselle et de couverts. Quatre chaises entourent une petite table à manger dans le coin nord-est, et une table à chevalets parsemée de casseroles et d'ustensiles de cuisine se dresse près d'une cheminée noircie. Tous les meubles sont en bois. Le plafond dans le coin sud-ouest de la pièce s'est effondré, remplissant la zone en dessous de débris et laissant le trou dentelé à travers lequel les héros sont descendus. NybarG, Evendur et Kerlam’halaha fouillent la pièce mais tout a déjà été détruit. Ils trouvent deux portes qui semblent mener dans la cour intérieure. Au même moment, Evendur et Clain descendent l’escalier du couloir nord. Alors qu’ils sont tous les deux au milieu de celui-ci, il cède à leur poids et s’effondre Les deux héros tombent droit sur des pieux cachés sous l’édifice branlant. Les orcs et anachorètes devaient avoir compris que l’escalier était fragile, le piège rudimentaire fait son office. Clain et Evendur se retrouvent blessés, sanglants devant la porte d’entrée du manoir.

Clain utilise message magique pour prévenir ses alliés de sa chute. Ils voient alors s’ouvrir une porte en face d’eux. NybarG, un grand sourire aux lèvres, se moquent des deux héros qui ont choisi l’escalier par prudence, et qui sont tombés dans un piège.

Clain et Evendur expliquent à NybarG, Kerlam’halaha et Finnan d’attendre un peu avant d’entrer dans la cour. Ils leurs proposent d’utiliser les portes Est. Le druide et l’ensorceleur passent par la salle à manger pour rejoindre la seconde porte. Devant la cheminée, ils découvrent cinq poupées de brindilles à leur effigie.

Ils décident de ne rien faire pour le moment et ouvrent la deuxième porte. Ils se trouvent sous les arcades avec NybarG, Evendur et Kerlam’halaha en face d’eux, à l’opposé des arches. Les cinq héros se rejoignent dans la cour. Ils voudraient bien étudier ce puits et ce lierre étrange qui en sort mais personne n’ose le toucher. Ils se souviennent qu’en escaladant le lierre, l’elfe s’était blessé et avait été légèrement empoisonné. Kerlam’halaha envoi son araignée. Elle veut lancer un sort de détection de la magie au travers de son familier. Malheureusement, celui-ci meurt juste après avoir touché une branche sortant du puits. Kerlam’halaha semble très affectée par la mort de son araignée. Une discussion commence au sein du groupe. Au bout d’un moment, ils décident de s’attarder d’abord sur les brindilles à leurs effigies puis de revenir au puit. Le groupe se rend donc dans la salle à manger. Chaque membre se positionne devant sa poupée. Evendur regarde attentivement la sienne alors que Kerlam’halaha touche son effigie.

7145ed3dea4ca5c70c1eb057794f8621

Les cinq poupées s’animent et attaquent les héros. Kerlam’halaha lance un rayon de givre qui gèle totalement son adversaire. Elle le frappe d’un coup de pied, la poupée explose en mille morceaux. Finnan découpe la sienne d’un coup de rapière très rapide. Clain lève un sourcil et jette un sort de sommeil. Il se concentre et fait s’endormir les trois poupées restantes. Il craint qu’un sortilège lie les poupées aux membres du groupe. Alors que les poupées s’endorment, un bruit sourd surgit de derrière eux. Une chose lourde vient de tomber de l’autre côté d’une grosse porte en bois. NybarG et Evendur se positionne devant celle-ci et se prépare pour la suite.

La porte s’ouvre tout à coup et un sanglier apparait. NybarG était prêt, il empoigne le sanglier et charge droit devant lui. En passant il note un orc tombé à côté de la porte, pris dans un sommeil qui semble magique. C’est sans doute Clain qui l’a endormi sans s’en rendre compte. Le bruit sourd à l’instant, c’était sans doute cette peau-verte qui s’effondrait alors qu’il s’apprêtait à attaquer par surprises NybarG et ses compagnons.

Evendur emboite le pas de l’orc et lance des vaporisations de poison. NybarG subit les attaques de trois sangliers au total, qu’il a poussé et deux autres. Kerlam’halaha attaque avec rayon de givre. Finnan se place entre les jambes de l’elfe. Caché sous la jupe fendue de son amie, il donne un coup de rapière qui fend le crane du sanglier en face de lui. Clain lance orbe chromatique avec sorts jumeaux. Il touche les deux sangliers restants. Evendur lance du poison sur un sanglier alors NybarG donne un coup de hache à l’autre bête. Ils sont surpris, les deux sangliers reçoivent des coups mais ne tombent pas.

Tout à coup, les deux animaux commencent à se transformer. Leur silhouette s’allonge, ils se tiennent maintenant debout. Ils ont maintenant une forme humanoïde. Il s’agissait de deux anachorètes, ils semblent maintenant extrêmement énervés.

Le combat fait rage. Kerlam’halaha lance trois projectiles magiques sur l’anachorètes le plus blessé qui vacille sous le coup. Finnan attaque l’anachorète à droite de NybarG. Sa rapière touche et perce son armure de peau. Clain lance deux traits de feu. Un seul trait atteint sa cible. Evendur continue avec le poison. NybarG assène un violent coup de hache.

Les anachorètes n’ont clairement pas le dessus. L’un deux se retourne et tente de fuir par une porte en lambeaux donnant sur l’extérieur. Kerlam’halaha le tue avec trois projectiles magiques. Deux dans chaque oreille et un dans le haut du crâne. L’elfe enchaine et se tourne vers le dernier anachorète et lui lance un rayon de givre mais manque l’ennemi. Finnan continue à la rapière. Clain et Evendur lance du poison met manquent leur cible. NybarG lance un grand de hache. Touché, l’anachorète tombe à genoux et implore la pitié.

Le groupe en a fini avec cette embuscade ratée. Clain se félicite de son sort de sommeil, aidé par le dieu de la chance, il a endormi un orc de l’autre côté de la porte, le bruit de son corps tombant au sol à certainement sauvé le groupe.

NybarG propose alors de prendre l’orc endormi et de le balancer dans le puits. Un grand sourire découvre ses crocs.

Ajouter un commentaire

Next Post Previous Post