Chapitre 18 - Interrogatoire et fuite dans les bois

Les héros interrogent l’anachorètes. L’humanoïde est attaché, à genoux devant NybarG. A côté de lui, l’orc magiquement endormi a aussi été ligoté.

Clain commence l’interrogatoire par l’anachorète. Il lui pose des questions sur le puits et les lianes qui en sortent. L’anachorète ne répondra rien de particulier, il s’agit d’un arbre tout à fait normal qui a poussé dans un puits. Les lianes ont des piquants et sont légèrement venimeuses. Les réponses sont vagues et imprécises, Le demi-elfe préfère changer de sujet. Clain enchaine donc sur les poupées aux effigies des cinq héros. Sont-elles liées à eux ? Y a-t-il un risque à les détruire ? L’anachorète baisse la tête, son chef n’a pas eu le temps de lancer de malédiction, les poupées ne sont pas encore liées aux héros.

Alors que Clain s’apprête à continuer l’interrogatoire, l’anachorète relève la tête et un sourire carnassier apparaît sur son visage. « Vous êtes allé trop loin. Vous êtes entré dans notre forêt malgré nos interdictions. Vous avez sauvé le camp de bucherons, ou ce qu’il en restait. Vous êtes allé au camp de ce satané Falcon et avez sans doute accepté son offre de nettoyer notre manoir. Vous en subirez les conséquences, mais Falcon, ce maudit chasseur, sera le premier à payer. Ce soir, cette ou dans les jours qui viennent, on rasera son camp. Ce relai ou des notables de Neverwinter viennent chasser… Il est grand temps qu’il soit entièrement brulé avec son propriétaire ».

Alors qu’il est ligoté, il regarde tour à tour les héros et les invective : « Vous autres humains, elfes, nains, vous croyez que tout vous appartient ». Clain, en grand religieux, explique qu’il y a de la place pour tout le monde, qu’il doit y avoir une solution pour partager la forêt. Que son dieu a les réponses, et qu’elles ne se trouvent pas dans la violence. L’anachorète rétorque aussitôt : « Je ne crois pas dans ton dieu. Je crois en Talos, et il n’est pas aussi partageur que ton dieu de pacotille. La forêt est à nous. Et ensuite, toute la région nous appartiendra ».

Il attarde son regarde sur NybarG : « Même toi, bâtard peau-verte, tu te comportes comme une … ». L’anachorète n’a pas le temps de finir sa phrase, la grosse main du barbare est tombée avec un grand bruit. La tête de l’anachorète bascule à droite puis retombe. L’humanoïde est maintenant inconscient.

Les héros se tournent vers l’orc endormi. Il le réveille et commence également à l’interroger. Les questions vont vite s’épuiser, l’orc n’est qu’un sous fifre et n’apprend rien de particulier aux aventuriers. Il confirme toutefois que son groupe faisait partit d’un plus grand contingent orc, positionné dans un fort dans les montagnes au sud. Ils ont été délogés récemment.

Le groupe décide de reprendre l’interrogatoire de l’anachorète. NybarG prend quelques minutes pour se rendre à l’étage. Il escalade les restes de l’escalier et atteint rapidement la salle de bain du haut. Il sort sa gamelle et la remplie d’eau puis redescend. D’un grand geste, il envoi l’eau, suivie de la gamelle au visage de l’anachorète inconscient. Un « clang » retentit sous le choc du récipient contre le crane de l’humanoïde. Il se réveille en sursaut, trempé et confus. Il refuse de répondre à de nouvelles questions.

Kerlam’halaha se rend dans la pièce à côté, celle contenant les poupées de brindilles aux effigies des aventuriers. Elle vérifie les dires de l’anachorète en lançant un sort de détection de la magie et confirme qu’il n’y a aucune trace de malédiction sur celles-ci. Clain profite du sommeil magique de celles-ci pour les mettre dans la cheminée. Il les brule ensuite pour se débarrasser d’éventuels problèmes.

Le groupe se dirige vers la cour intérieure. NybarG empoigne l’orc et se prépare à le jeter dans le puits. Ainsi, ils sauront s’ils peuvent descendre sans risque. Le demi-orc s’approche du puits et lance le captif vers le puit. Celui-ci ne tombe pas dans le trou. Il frappe quelque chose qui apparait dans le puit. Des humanoïdes grimpent le long de l’arbre dans le puit. Ils ressemblent à des arbres ou des buissons. Une fois dehors, ils s’attaquent immédiatement aux aventuriers.

Clain lance deux traits de feu. L’un d’eux frappe une des vignes maudites en pleine face. Comme d’habitude, Finnan se positionne entre les jambes de NybarG. Il attaque à la rapière mais rate son attaque. NybarG lance un grand coup de hache qui blesse un ennemi. Evendur se concentre. Entre ses mains apparait une lame de feu. Il envoie un grand coup de taille dans l’humanoïde en face de lui. La vigne hurle de douleur, et vacille sur ces jambes. Kerlam’halaha lance trois rayons ardents qui infligent de gros dégâts aux vignes restantes. Une odeur de bois brulé commence à se répandre dans la cour mais le combat continue.

Les vignes maudites passent à l’attaque. Plusieurs attaques ratent le druide. L’ensorceleur est aux prises avec deux humanoïdes. Clain est assailli par deux vignes. Alors qu’une vigne s’apprête à le frapper, il lance un sort de bouclier. Malheureusement, ce n’est pas suffisant, il reçoit deux grands coups et se retrouve agrippés dans les lianes des agresseurs. Il est au plus mal, il chancèle. Kerlam’halaha reçoit également quelques coups mais c’est bien le demi-elfe ensorceleur qui est au plus mal.

blight

L’anachorète, toujours attaché explose de rire. Il crie que Clain se le premier à mourir et que les autres suivront de prêt. Clain le regarde et sourit en coin. Ça ne sera pas pour tout de suite. Finnan profite de la lame de feu d’Evendur pour allumer une flèche. Il fait quelques pas en arrière, bande son arc et titre. La flèche touche une vigne déjà blessée. Le feu prend rapidement et elle se consume de bas en haut. Clain est ligoté par les lianes. L’ensorceleur murmure un mot de pouvoir. Une brume étrange l’englobe. Il se téléporte grâce à son sort de pas brumeux dans un coin de la cour ou il sera protégé par Evendur et NybarG. Il enchaine avec deux orbes chromatiques. La première boule d’énergie n’atteint pas sa cible mais il lance la seconde en criant Kamehaha. Une vigne reçoit la sphère magique en plein torse. Elle essaye de la retenir mais l’orbe tourne trop vite sur elle-même. Elle transperce l’humanoïde qui s’effondre aussitôt.

NybarG décide de protéger son amie elfe. Le lien de garde du corps est toujours tenace. Il s’avance vers l’elfe en passant par-dessus l’anachorète attaché et à genoux. En passant, il lui talonne le visage. Il donne ensuite un grand coup de hache à la vigne qui s’attaque à Kerlam’halaha. Evendur, juste à côté, continue à donner de grand coup de lame enflammée sur la même vigne qui commence à reculer. Kerlam’halaha lance alors trois traits de feu et décapite cette vigne. Grâce à l’intervention du druide et du barbare, elle est désormais un peu moins en danger.

La moitié des assaillants sont mort, mais le combat continue à faire rage. Les arbres vivants ne fuient pas, ils restent pour protéger la plante dans le puit. NybarG est attaqué et entravé dans des lianes. Finnan, qui pensait être à l’abri, se retrouve agressé par une vigne et est aussi entouré de liane. Clain attaque la vigne qui agrippe l’halfelin. Finnan arrive à la blesser avec sa rapière.

De leur côté, NybarG, Evendur et Kerlam’halaha s’attaque à la vigne qui retient le demi-orc. L’anachorète crie derrière eux. Mais le précédent coup de botte du barbare lui a casser la bouche. La gueule en sang, il hurle mais personne ne comprend ce qu’il dit. Evendur psalmodie un mot de guérison pour soulager l’elfe. Celle-ci enchaine les traits de feu alors que NybarG continue avec ses coups de haches. Le druide, après avoir soigné quelque peu son amie, lance un grand coup d’estoc avec sa lame de feu. La lame embrasée est plantée dans le corps de la vigne. Evendur souffle alors sur les braises qui consumes l’ennemi. Kerlam’halaha lance trois trais de feu qui tourne en spirale autour de l’avant dernier humanoïde. D’un geste, est les fait fondre sur sa proie et achève sa cible.

La dernière vigne enlace de ses lianes Finnan. Clain n’a plus beaucoup de magie en réserve. Il sort son arbalète et en clamant « Hasta la vista bye bye », il tire. Coup de chance pour l’ensorceleur qui ne maitrise pas bien les armes de jets, le carreau se fiche en plein cœur de la plante qui tombe, morte sur le coup.

Le groupe souffle un peu, et se retrouve autour du puits. Pendant le combat, l’orc a réussi à se défaire de ses liens et c’est enfui par une fenêtre. Le seul captif restant est l’anachorète, la bouche en sang. Devant l’arbre dans le puit NybarG se souvient d’un ancien compte que les anciens de son clan racontaient. Dans celui-ci, ils mentionnaient un arbre de Gultias. Un arbre maléfique à la sève de sang. Clain confirme, lors de ses études, cet arbre était également mentionné. L’arbre est maléfique, cela ne fait aucun doute. Le groupe décide donc qu’il faut le bruler. Clain lance de nombreux traits de feu pour détruire l’arbre. Celui-ci prend feu au bout d’un moment. Finnan lance une torche dans le puit et confirme qu’il est calciné jusqu’en bas, toutefois les racines n’ont pas dû être touchées, l’arbre poussera sans doute de nouveau.

Les aventuriers font le point : Clain est mal en point et tient à peine debout. Evendur et Kerlam’halaha ont utilisé tout leur potentiel magique. Ils hésitent entre se calfeutrer de nouveau dans une pièce ou repartir chez Falcon. Evendur rappelle les menaces de l’anachorète, la priorité est de prévenir Falcon des représailles à venir ! NybarG propose de prendre l’anachorète avec eux. Il pourra le porter et Falcon saura peut-être quoi faire de lui. Le groupe de héro est d’accord, ils se rendront chez Falcon et se prépareront à la contre-attaque des orcs et des anachorètes.

Alors qu’ils sortent du manoir, dix buissons maudits sortent du bois. Les sangliers qui se restauraient dans les parterres de citrouilles commencent également à se rapprocher. Les héros ne peuvent pas prendre part à un nouveau combat. Ils viennent d’en découvre avec six vignes maléfiques, et ils n’auront pas la force contre ce groupe encore plus nombreux. Ils décident donc de prendre la fuite. Ils se mettent à courir droit devant eux. NybarG essaye de fuir en portant l’anachorète sur ses épaules, mais celui-ci se débat et tombe au sol. Le demi-orc se retourne pour le récupérer, mais il comprend rapidement qu’il n’a pas le choix. Il ne pourra pas reprendre sa proie et fuir. Après une course poursuite dans les bois, les héros arrivent à distancer les poursuivants. Clain est à deux doigts de tomber inconscient alors qu’ils arrivent au relais de Falcon. Corwin ouvre la lourde porte dès qu’il voit les aventuriers. Il referme aussitôt et les incites à se rendre tout de suite dans la salle à manger.

1d7d54175ef6c17951fbba6f5fac143e

Clain repère un fauteuil et s’effondre dans celui-ci alors que Falcon entre dans la pièce. En regardant les aventuriers, il leur demande ce qu’il se passe. Evendur explique leur aventure : la découverte du manoir, la cérémonie macabre, le groupe d’orc et l’arbre de Gultias. Il explique ensuite les menaces à l’encontre du relais de chasse et leur fuite du manoir. Le groupe explique avoir éliminé de nombreux ennemis, mais que la menace semble réelle.

Falcon demande aux héros de se restaurer et de se reposer. Il explique aussi que toute mission réussie doit se solder par une récompense. Il s’absente quelques minutes et revient avec une paire de bottes de furtivité. Il explique l’avantage de celles-ci et Finnan, en bon roublard, s’approprie immédiatement les chaussures. Le groupe se retire dans les quartiers des invités pour dormir un peu. Kerlam’halaha en profite pour prendre une petite heure et invoquer de nouveau son araignée. Celle-ci, empoisonnée par l’arbre de Gultias, était retournée dans son plan.

La nuit se passe tranquillement, mais au petit matin, un orage éclate. Le tonnerre semble juste au-dessus d’eux. Un grand fracas explose soudain. Le groupe se lève et enfile son équipement. Ils reprennent leurs armes et sortent dehors. Il tombe devant Falcon, l’épée au clair et un grand sourire aux lèvres. Devant lui, un énorme sanglier au teint bleu vient de faire tomber la palissade du relais. L’animal fait la taille d’un éléphant. Ses pas font résonner le tonnerre, des éclairs crépitent autour de ses défenses. Derrière lui, des orcs et des anachorètes commencent à entrer dans l’enceinte. Les anachorètes crient le nom du sanglier : Gorthok, le Sanglier de Tonnerre. Invoqué pendant la nuit, il vient de détruire les remparts qui protégeaient le pavillon de chasse de Falcon.

Gorthok

Ajouter un commentaire

Next Post Previous Post