Chapitre 19 - Interlude 3

Pendant que les 5 aventuriers explorent le manoir de la forêt et comprennent que les rites effectués par les anachorètes sont en lien avec Talos, Nibor et Esil continuent leur investigation.

Après s’être rendu chez Gwyn Adabra, ils sont persuadés qu’un membre du groupe au moins a été mordu par un garou. Le matin se lève sur Phandalin, Nibor et Esil sortent de l’auberge Stonehill. Ils ont décidé de retrouver le groupe de héros et de les suivre à distance. La pleine lune est passée, ils devront attendre plusieurs jours avant de confirmer que l’un deux est bien touché par la malédiction.

Pour le moment, il faut retrouver leurs traces. Les deux chasseurs se rendent donc chez Harbin Wester. Le bourgmestre pourra peut-être leur indiquer la dernière quête choisie par les cinq aventuriers.

Arrivés devant la grande maison du responsable de la communauté, la seule totalement en pierre, Nibor, le frère ainé, toque à la porte. Une voix se fait entendre à travers celle-ci : « Oui ? C’est pourquoi ? ». Nibor rétorque : « Bonjour bourgmestre, nous aurions quelques questions, pouvez-vous nous ouvrir ?

  • Non, un dragon rode, pauvre fou. Je ne sortirais que lorsque la menace sera éradiquée.
  • Est-ce pour cela que vous avez embauché ce groupe d’aventuriers ?
  • Oui, cela est évident…
  • Connaissiez-vous ces aventuriers avant ?
  • Non, ils sont arrivés à Phandalin il y a longtemps maintenant. Ils ont commencé par des taches simples et règles des problèmes de plus en plus compliqués maintenant. Pourquoi, ils vous ont causé du tort ?
  • Non, pas encore. Vous confirmez qu’ils ont réglé un problème de rats garou récemment ? Ils auraient sauvé des nains dans une mine…
  • Oui, un de leurs actes les plus héroïques. Ils ont accompagné le nouveau responsable de la mine et sont tombés sur un groupe de rats garous. Ils ont nettoyé la zone mais le responsable serait mort dans un des affrontements.
  • De vrai héros donc. Nous aimerions leur apporter notre aide, savez-vous vers ou ils sont partis dernièrement ?
  • La dernière fois que je les ai vu, ils partaient vers chez Barthen. Ils devaient amener la cargaison mensuelle au camp des bucherons, plus loin au nord, dans la forêt de Neverwinter.
  • Merci bourgmestre, bonne journée.
  • Bonne journée à vous également, j’espère que vous pourrez les aider à nous débarrasser de ce maudit dragon !

Nibor et Esil se regardent et partent vers le nord. Au bout d’une demi-journée, les deux chasseurs arrivent à un croisement. Quelques jours plus tôt, Finnan, Clain, Kerlam’halaha, Evendur et NybarG prenaient la route de gauche pour longer la forêt de Neverwinter. Les cinq aventuriers avaient prévu de passer par le cairn du dragon avant de rejoindre le camp des bucherons en longeant la rivière au nord. Les deux chasseurs ne sachant rien de cette décision, ils décident de continuer au nord, à travers la forêt.

Nibor et Esil entrent donc dans les bois de Neverwinter. Au bout d’une demi-journée, ils décident de monter le camp et de se reposer. Ils alternent comme d’habitude la phase de garde et de repos. Pendant la nuit, Esil remarque deux sangliers, juste à la limite entre la lumière de leur feu de camp et l’obscurité de la forêt. Les deux bêtes ne bougent pas mais une aura étrange flotte autour d’eux. Esil comprend rapidement que ce ne sont pas des animaux normaux, mais n’arrivent pas à comprendre de quoi il s’agit.

b82efecfb50621380fc73ff2c5c98e61

Au petit matin, les deux chasseurs sont prêts pour une journée de route à travers la forêt. Ils espèrent éviter toute mauvaise rencontre. Espérer le meilleur, se préparer au pire comme leur dirait leur ancien maître. Le frère et la sœur s’équipe donc en conséquence, l’épée longue et l’arbalète sont à disposition au cas où.

Nibor prend la parole. Sa sœur est peu loquace : « Nous n’avons pas de trace, pas de piste. Je te propose de se rendre au nord, au camp des bucherons. Nous les trouverons peut-être là-bas. S’ils sont repartis, nous aurons une piste que nous pourrons suivre ». Les deux chasseurs prennent donc la route.

En milieu de journée, les arbres et le sol commence à changer d’apparence. Les arbres sont comme brulés, rabougris. Le sol est humide, marécageux. Une ambiance sinistre ressort de cette partie de la forêt. Les bois semblent malades, presque mourants. Nibor dégaine son épée longue tandis qu’Esil prend son arbalète en main. Esil pose une main sur l’épaule de Nibor et prononce un seul mot : « Guenaude ». Nibor acquiesce.

Les deux chasseurs ont déjà eu maille à partir avec plusieurs guenaudes. Ils savent que cette engeance démoniaque attaque souvent par surprise et que les lieux qu’elles occupent semblent perverties par leurs magies. Ils continuent à avancer et trouve enfin, une hutte presque totalement calcinée. Nibor et Esil se séparent et inspectent les lieux. Esil appelle soudain Nibor. Elle se trouve devant le corps décharné d’un humanoïde. Le corps décharné, habillée de peau, un collier d’oreilles autour du cou. Aucun doute, la propriétaire des lieux se trouve devant eux. La guenaude a plusieurs plaies sur elle. Nibor s’agenouille et inspecte la créature. Elle semble morte en s’étouffant dans un liquide étrange. L’humain relève la tête. « Étouffée dans du poison, rien que ça ! » annonce-t-il en sifflant. Elle a dû mettre en colère les mauvaises personnes celle-là.

Le frère et la sœur se regardent et sourient. Les deux chasseurs se souviennent des questions du demi-elfe, Clain. Il s’était présenté en tant que chef du groupe et les avaient interrogés sur les lycanthropes et les guenaudes. Les aventuriers sont sans doute passés par là. Soudain, Esil se retourne d’un coup. Un sanglier est en bordure de la clairière maudite. Il n’a pas posé de sabot sur le sol marécageux et se tient au bord, sous des arbres d’apparence saine.

Esil regarde Nibor : « cette nuit déjà, nous étions observés ». Les deux chasseurs se relève et marchent d’un pas décidé vers le sanglier. Celui-ci ne fuit pas. Il se transforme peu à peu et se relève être un humanoïde, demi-orc surement. Les deux chasseurs ont toujours leurs armes en main quand l’anachorète leur intime de s’arrêter : « Arrêtez-vous, chasseurs ! Ces bois nous appartiennent, vous n’êtes pas les bienvenus ici. Repartez d’où vous venez. » L’humanoïde se retourne et repart dans les bois.

Nibor et Esil se regardent de nouveau, haussent des épaules et décident de suivre la trace de cet inconnu. Leur mission est avant tout de chasser vampires et lycanthropes, mais ils doivent aussi étudier toutes menaces qui pourraient s’abattre sur les populations innocentes. Ils ont rejoint les Ménestrels pour cette raison après tout.

La piste les mènes plein Est à travers les bois. Elle remonte ensuite au nord. Les deux chasseurs sont obligés de faire une pause durant la nuit. Ils trouvent une clairière suffisamment grande pour s’assurer de ne pas être attaqué par surprise durant la nuit. Durant leurs tours de gardes, le frère et la sœur continuent de remarquer des sangliers, toujours à la limite de leur champ de vision. Au départ le lendemain, Nibor remarque « On a fait un détour. Il semble qu’ils évitent quelque chose un peu au nord d’ici ».

Les deux chasseurs reprennent le pistage de l’humanoïde. La piste alterne entre trace de pas, et trace de sabots. Nibor a suivi les enseignements d’un rodeur, il connait bien la forêt et remarque aisément les traces au sol, les branches cassées ou les touffes de poils agrippées à un buisson.

En fin d’après-midi, ils atteignent un vieux manoir qui semble presque recouvert de lianes et de ronces. Nibor et Esil s’arrêtent la lisière de la forêt. Des sangliers se regroupent, des buissons maudits, des végétaux humanoïdes, se rassemblent et se cachent. Ils préparent une embuscade au niveau du chemin qui part vers l’ouest.

blight

Soudain, la porte s’ouvre et cinq aventuriers sortent nonchalamment du manoir. Un demi-orc porte sur son épaule un anachorète. Il est suivi d’un ensorceleur demi-elfe, d’une magicienne elfe, d’un druide humain et d’un halfelin. Nibor et Esil se regardent et sourient, ils viennent de retrouver le groupe d’aventurier. Nibor se posent de nombreuses questions. Ils sont vraiment loin du camp des bucherons, que peuvent-ils bien faire ici ? Le manoir est-il leur quartier général ? Jouent-ils un double jeu à Phandalin ?

Les sangliers et les buissons maudits sortent des bois d’un air menaçant. Les aventuriers vont s’en doute avoir fort à faire contre tous ces agresseurs, bien plus nombreux qu’eux. Esil lève un sourcil lorsque les soi-disant héros se mettent à courir sur le chemin. Il n’y aura pas d’affrontement, ils choisissent la fuite.

Le calme revient rapidement. Les aventuriers sont partis en courant, entrainant dans leur sillage les humanoïdes et les sangliers. Nibor et Esil auront une nouvelle piste à suivre. Vu la course effrénée qu’il doit y avoir entre poursuivis et poursuivants, le chemin sera des plus facile à suivre.

Nibor et Esil décident de faire un tour rapide du manoir. Ils confirment tout d’abord que c’est un lieu occupé par les anachorètes et comprennent rapidement leur affiliation avec Talos. Ils trouvent également les restes d’un arbre de Gultias dans le puit. Ils supposent que les aventuriers l’ont brulé mais ils n’ont pas fait les choses correctement, les racines toujours présentes vont continuer de croitre et un nouvel arbre poussera rapidement. Nibor et Esil décident d’avertir d’autres Ménestrels de la présence de cet arbre dès que possible. Une fois le manoir fouillé, les deux chasseurs sont sûrs que les aventuriers ont de nouveau agit correctement, ils ont délogé les habitants maléfiques de ce lieu et ralentit la progression d’un arbre de Gultias. Sont-ils seulement conscients de leurs actes ?

Nibor et Esil suivent ensuite la piste des aventuriers qui se dirige vers l’ouest.

Ajouter un commentaire

Next Post Previous Post