Chapitre 33 - La fin de Cryovain

Finalement, Clain, Finnan, NybarG, Evendur et Kerlam’halaha sont arrivés devant le dragon. Ils n’ont qu’à sortir sur le toit de la forteresse d’Icepeak pour se confronter à lui.

Le vent est fort, les bourrasques de vents, mêlées de grêle et de neige résonne dans les montagnes. Finnan fait signe à ces compagnons de redescendre dans le calme raisonnable de la forteresse. Pour le moment, le monstre dort, il est temps d’établir une stratégie pour se débarrasser du dragon. Malgré le fait que cette créature soit intelligente, le groupe décide qu’il a fait trop de dégât dans la région, ils vont donc essayer de l’abattre. Plusieurs problèmes sont soulevés par l’halfelin :

  • Il faut trouver une solution pour empêcher le dragon de s’envoler. S’il monte dans les airs, il pourra nous attaquer encore et encore sans que l’on puisse riposter facilement. Il faut aussi que l’on essaye de faire fondre cette glace. On ne pourra pas combattre efficacement si on n’a pas de bons appuis. Vous auriez une idée pour attacher le dragon ? Quelqu’un a un filet ou des cordes ? Clain, tu pourrais endormir le dragon ?
  • Evendur répond aussitôt : je n’ai aucun sort permettant de bloquer le dragon au sort. Je n’ai pas de filet dans mon sac.
  • Clain continue : impossible pour moi d’endormir un tel monstre, mon sort ne sera pas efficace contre lui, c’est sûr. On pourrait peut-être faire effondrer le toit ?
  • NybarG et Evendur répondent de concert : le toit est en pierre. La forteresse est ici depuis des lustres et si les éléments ne l’ont pas fait, il y a peu de chances qu’on y parvienne.
  • Je pourrais peut-être lancer une illusion pour distraire le dragon ? propose Kerlam’halaha. Mais bon, c’est une illusion sans son ou odeur, je n’y crois pas beaucoup.
  • Écoutez, je vais me faufiler à côté de lui et le ligoter avec nos cordes de chanvre. Il se reprend aussitôt : non c’est bien trop dangereux, s’il se réveille pendant l’opération, je serais foutu.
  • NybarG propose d’harponner Cryovain : il y a des conduits de cheminée sur le toit. Si on y attache une corde, et que l’on utilise cette corde pour harponner le dragon, même s’il s’envole, il restera à porter de nos lames. Je ne sais pas si nos cordes suffiront mais il faudrait essayer.

Le groupe décide que la seule solution viable est celle du demi-orc. Finnan et NybarG dégaine arc et arbalète et attache une corde à deux projectiles. Evendur s’approche d’eux, et pose une main sur une épaule de chacun de ces compagnons. Il se concentre et leur insuffle la grâce du félin pour leur permettre de se déplacer plus facilement sur la glace. Kerlam’halaha envoi son familier, une petite araignée, sur l’épaule du halfelin.

Tout est prêt, le groupe remonte dans la salle à côté du toit. Kerlam’halaha, Clain et Evendur retiennent leurs souffles alors que Finnan s’avance. Il glisse avec la grâce d’un danseur et parvient sans difficulté à la première cheminée. Le roublard n’a pas fait un bruit en enroulant l’extrémité de sa corde autour du conduit.

c20eae5e3ef443384518d344a515328d

C’est au tour de NybarG. Le demi-orc est moins à l’aise que l’halfelin, mais grâce à l’un de ses animaux totémiques, il possède la discrétion et l’habilité du loup. Il parvient rapidement à la deuxième cheminée. Malheureusement, en enroulant la corde autour du conduit, il tape celui-ci. La cheminée fait caisse de résonnance et le petit coup s’amplifie encore et encore dans la forteresse. Tout le monde se tourne vers Cryovain. Le dragon se retourne et commence à bouger, mais il n’ouvre pas les yeux.

Tout le monde se détend après ce moment de stress intense. Si le dragon s’était réveillé, Finnan et NybarG aurait été des cibles faciles, et le dragon n’aurait pas été bloqué par des cordes ou par les futurs harpons improvisés. Finnan se tourne vers NybarG. Ils hochent tous deux la tête pour indiquer que les flèches sont prêtes. C’est alors que Finnan a une idée. Il se tourne vers ces trois compagnons dans l’embrasure de la porte et commence à leur faire des signes. Il aimerait que Kerlam’halaha, elle aussi en possession d’un arc, prenne sa place. Ainsi il pourrait essayer de se rapprocher discrètement de Cryovain tant que celui-ci est assoupi. Lors de l’attaque, il pourra ainsi bénéficier d’un court instant lui permettant d’attaquer par surprise. Il continue donc à essayer de faire comprendre à Kerlam’halaha de prendre sa place. Le vent est tellement fort qu’il ne peut pas lui parler, mais pourquoi ne comprend-elle pas des indications aussi simples.

De leurs côtés, Evendur, Clain et Kerlam’halaha sont surpris de voir les gestes du halfelin. Tout est en place, pourquoi Finnan ne peut-il pas seulement suivre le plan comme prévu. Il en fait décidément toujours à sa tête. Clain se prend la tête dans les mains, dépités que ses compagnons ne puissent jamais aller au bout d’une stratégie définie. Kerlam’halaha a beau faire tous les efforts possibles, elle ne comprend pas Finnan.

Au bout d’un moment, Finnan considère avoir fait le maximum et pense que ces compagnons ont forcément compris son intention. Il se tourne donc vers le dragon et commence à se déplacer, plus en glissant qu’en marchant vers le dragon. Il parvient au côté du monstre assoupi assez rapidement. Il tourne la tête et ne comprend pas pourquoi Kerlam’halaha n’est toujours pas près de la cheminée. C’est alors qu’il aperçoit l’araignée de Kerlam’halaha sur son épaule. Le familier de l’elfe devrait pouvoir communiquer avec celle-ci. Il se rapproche donc au maximum de celui-ci et parle à l’elfe au travers de l’araignée :

  • Mais prend ma place, bon sang… Toi aussi tu as un arc, tu peux tirer à ma place. Je serais tout de suite en position pour attaquer au réveil du dragon…
  • C’est ça que l’on devait comprendre quand tu gesticulais comme un diable tout à l’heure ? Il va falloir travailler ta communication non verbale, personne n’a rien compris… Bref, ok, je me mets en place.

L’elfe se déplace doucement vers la cheminée mais elle n’est pas aussi discrète que l’halfelin ou que le barbare qui se déplaçait à pas de loup. Elle glisse maladroitement, trébuche, râle et soupire pour enfin arriver au conduit de cheminée. Elle s’agrippe à celui-ci fait tomber et se faisant, déloge une pierre du conduit qui chute dans la cheminée. Le bruit résonne dans toute la forteresse.

Une seconde fois, tout le monde se tourne vers Cryovain. Le dragon ne bouge pas, mais une énorme paupière se relève pour fixer Finnan, juste devant le dragon. Cryovain lève sa tête et commence à se relever quand Evendur intervient. Juste après l’erreur de Kerlam’halaha, il s’est avancé pour surveiller le dragon. Dès que celui-ci a commencé à bouger, il avale une potion d’invulnérabilité et invoque ensuite un serpent constricteur géant. A peine le reptile est-il invoqué qu’Evendur lui ordonne de se jeter sur le dragon et de s’enrouler autour du dragon. Cryovain, à peine réveillé, se retrouve avec un serpent géant emmêler autour de lui. Il est dans l’impossibilité de s’envoler. Finnan en profite et tend le bras portant sa rapière tueuse de dragon. Malheureusement, sa lame glisse sur les écailles du dragon. Cryovain continue à se débattre avec le serpent, mais il un garde un œil sur le nabot qui vient de le frapper.

2020-02-15-doip1

Clain arrive sur le toit. Le demi-elfe lance un orbe chromatique de feu qui blesse le dragon. Kerlam’halaha encoche la flèche attachée à la cheminée, vise le dragon et tire. En même temps, NybarG lève son arbalète lourde et tire le carreau attaché à son conduit. Tous les deux espèrent toucher le dragon et le forcer à rester à porter de coup. Malheureusement, le vent est trop puissant, il balaye la flèche qui n’atteint par sa cible. NybarG échoue également une première fois, mais il a le temps de tirer sur la corde pour récupérer son projectile et tenter un second tir. Cette fois, le carreau file à travers le vent et touche le dragon sur le côté. Le carreau s’enfonce dans ses chairs et la corde se tend. Le dragon semble maintenant attaché à la forteresse.

Après avoir touché sa cible, NybarG décide de rejoindre Finnan pour attaquer l’énorme bête au corps à corps. Malheureusement, il n’a pas fait un pas qu’il glisse et chute sur le toit. Il se relève, et retombe aussitôt, dépité.

Evendur s’avance vers le dragon et trébuche, il tombe à genoux, comme son compagnon juste avant lui. Comme le demi-orc, il retombera aussitôt relevé. Le druide décide de ne plus avancer et préfère lancer sa javeline. Son arme de jet touche le dragon au moment où le serpent mord sauvagement Cryovain dans le cou. Finnan qui s’était éloigné après son premier coup de rapière revient au contact et transperce la carapace du dragon d’un coup d’estoc. Cryovain hurle de douleur. La tueuse de dragon a été forgée spécialement pour ce type de monstre et la magie dans la lame inflige des dégâts considérables au monstre. Clain continue à lancer des orbes chromatiques qui brule le dragon.

Entre l’étreinte du serpent et la corde qui le retient à la cheminée, Cryovain est complètement immobilisé. Il reçoit en plus les coups de rapière de Finnan et les orbes de feu de Clain. Il n’en peut plus, il recule sa tête, se tourne vers Finnan et lance un souffle de glace qui balaye le serpent et l’halfelin. Le serpent meurt sur le coup, complètement gelé. Finnan parvient à esquiver une partie du souffle en effectuant un saut périlleux, mais il reçoit tout de même de nombreux dégâts liés au froid extrême émanant de la gueule de Cryovain. A peine retombé sur ses pieds qu’il voit le dragon fondre sur lui. En quelques secondes, il reçoit deux grands coups de griffes qui le font tomber à genoux. Finnan, hébété, transi de froid relève la tête pour tomber sur deux fentes verticales qui le toisent. Cryovain est libéré du serpent, il donne un grand coup d’aile qui le propulse dans les airs, la corde rompt immédiatement sous la force du dragon, qui disparait dans la tempête de neige.

Kerlam’halaha lance un sort de hâte sur Finnan pour l’aider à se mettre à l’abri. Elle file elle-même se protégé dans la salle attenante au champ de bataille. NybarG se met à genoux prêt du conduit de cheminée. Comme la corde a lâché lors de l’envol du dragon, il décide de préparer un nouveau carreau, relié par quatre cordes au conduit de cheminée. Peut-être que le dragon n’arrivera pas à se libérer avec ce nouveau harpon. Il se tourne ensuite vers le nord-est, d’où il lui semble entendre le vol de Cryovain. Alors que Finnan se dirige vers les meurtrières, Evendur le rejoint et use de sa magie druidique pour soigner son compagnon. Un sort de soin et un mot de guérison permettent de refermer la grande majorité des plaies. Finnan termine par avaler une potion de soin qui le réchauffe, il est de nouveau prêt pour le combat. Il se faufile dans une meurtrière pour éviter une attaque aérienne de Cryovain, mais se tient prêt à retourner sur le champ de bataille. Clain se tient prêt à se protéger en cas de plongée du dragon.

nuliajuk

Cryovain est un dragon blanc. Il est presque impossible à voir dans cette tempête de neige. Il profite de cet avantage pour monter dans les airs et piquer vers NybarG. Le demi-orc est une cible facile vu son gabarit. Cryovain rabat ses ailes et se laisse tomber vers sa cible. Le demi-orc tire avec son arbalète mais le carreau est dévié par le vent. Cryovain exulte, il attrape le barbare et le lâche une fois le toit dépassé. Cinq héros ont attaqué le dragon, il n’en reste plus que quatre. Il se retourne et se pose au milieu du toit, devant l’humain qui avait invoqué le serpent. Il l’attaque de deux coups de griffes mais l’humain tient bon.

Evendur souffre. La potion d’invulnérabilité avalée au début du combat vient sans doute de lui sauver la vie. Après avoir vu le dragon balancer son compagnon hors du toit, il n’a pas réussi à réagir assez vite quand le dragon s’est jeté sur lui. Il a reçu deux coups de griffes qui l’aurait sans doute coupé en deux sans la résistance accordée par la potion magique. Malgré tout, Evendur garde son sang-froid. Il est seul, au corps à corps avec un dragon. Pourtant, il concentre sa magie et lance une bourrasque incroyable. Ajouter au vent déjà présent, il arrive à repousser le monstre sur presque cinq mètres. Il vient de s’accorder un tout petit répits. Kerlam’halaha veut rejoindre le druide et lui porter assistance, mais c’est à son tour de glisser sur la patinoire naturelle. Elle tombe, se relève, retombe encore et ne parvient pas à aider qui que ce soit.

Finnan sort de la meurtrière et se jette sur le dragon qui lutte contre le vent. Dans un geste fou, il glisse sur la glace et tend son bras en criant. La tueuse de dragon se plante nette dans le crane de Cryovain qui s’effondre, surpris par la violence de l’halfelin. Le vent se calme, la neige faiblit, Finnan s’effondre, épuisé sur le corps sans vie du dragon. Alors qu’Evendur, Clain et Kerlam’halaha s’approche du cadavre blanc, ils entendent un grognement derrière eux. En se retournant, surpris, ils aperçoivent NybarG qui arrive en criant « D’où qu’il est le dragon ? ». Le demi-orc balancé hors du toit est tombé à l’étage en dessous. Il a réussi à se rattraper tant bien que mal et éviter une chute mortelle.

Evendur découpe un croc du dragon en souvenir, et soulève le corps du halfelin inanimé. NybarG utilise sa lourde hache pour couper la tête du dragon, preuve qu’ils ont menée à bien leur mission. Il sort un sac de toile de son barda et emmaillote son trophée dans celui-ci.

Il est temps de redescendre à Phandalin. Le groupe d’aventuriers prend le chemin inverse. En repassant par la guérite, Clain murmure une prière rapide devant les corps des deux mercenaires. Il est temps de redescendre la montagne en suivant le tracé sinueux. Les traces des deux chevaux portant les mercenaires ligotés sont bien visibles. Celles-ci suivent le sentier mais arrivé à l’éboulement, plus aucune piste. En cherchant en contrebas, NybarG, Finnan, Evendur, Clain et Kerlam’halaha constatent que les deux montures sont tombées, entrainant leurs cavaliers. Les deux derniers mercenaires gisent un peu plus en contrebas. Comme ils avaient les mains attachées, ils n’ont vraisemblablement pas pu mener correctement leurs chevaux au travers des rochers et des gravats. Les deux anciens fermiers sont morts soient de la chute, soit du froid extrême régnant sur la montagne.

Après cette découverte, plus personne ne dit rien. Certes, ces mercenaires s’étaient montrés agressifs et insultants, mais méritaient-ils de mourir de la sorte ? Personne n’est fier de ce qui s’est passé dans cette forteresse.

Harbin_Wester

Le voyage retour vers le village prendra deux journées supplémentaires, mais le groupe ne croise personne sur la route. Arrivé à Phandalin, les héros se rendent directement chez Harbin Wester. NybarG frappe à la porte. Après quelques instants, une voix se fait entendre derrière la porte.

  • Qu’est-ce que c’est ?
  • C’est nous, on a un colis pour vous ?
  • Allons bon… Qu’est-ce que vous m’amenez ?
  • On a accompli notre tâche. On a tué Cryovain le dragon.

La porte s’entrouvre doucement. A travers la fente entre les deux battants, un œil curieux apparait. L’obscurité de la pièce derrière Harbin cache le reste de son visage. NybarG ouvre son sac et sort la tête du dragon blanc. Un gros boum se fait entendre alors que la porte s’ouvre en grand. Le bourgmestre vient de tomber sur les fesses de surprise. Les aventuriers découvrent donc enfin Harbin Wester, la personne pour qui ils travaillent depuis plusieurs semaines. Le bourgmestre est habillé richement, trop pour le village de Phandalin. Il est plutôt gros avec une moustache et une barbe taillée court. Il a le visage blême et n’en revient pas.

En voyant le chef du village par terre, Kerlam’halaha tente de lui remonter le moral en se lançant dans une chanson. Malgré la réticence de NybarG, elle sort son luth et interprète un court morceau entrainant à propos d’aventuriers victorieux. Harbin reprend ses esprits mais est surpris de cette chanson sortie de nulle part. Il trouve l’attitude de l’elfe complètement hors de propos. Au vu du visage circonspect du bourgmestre, Kerlam’halaha se retourne en soufflant. Décidément, personne ne comprend son art.

Harbin est de nouveau debout et se tourne vers NybarG :

  • J’aimerais que vous me donniez cette tête.
  • Evendur intervient : vous pouvez avoir cette tête de dragon, mais il faudra payer bien sûr.
  • Combien ?
  • Nous n’avons pas réfléchi à la question.
  • Finnan, entendant qu’il y a de l’argent à se faire, répond aussitôt. Un million de pièces d’or.
  • Un million ? Mais vous êtes complètement fou ?
  • Un petit million ?
  • Non. Rendez-vous à l’auberge de Toblen. Restez ici, disons une semaine, vous serez nourri et logé au frais de Phandalin.
  • Une semaine ? Vous rigolez ? On a sauvé le village. Nous devrions être citoyen d’honneur.
  • Harbin murmure dans sa barbe. Citoyen de Phandalin ? Des héros ? Hmmm, oui. Écoutez, j’accepte votre requête. Je vous cède une maison, ici à Phandalin. A condition que vous continuez à nous rendre service lorsque vous serez au village. En revanche, j’ai besoin d’un nom. Qui sera le propriétaire officiel ?
  • Finnan répond aussitôt : moi.
  • Kerlam’halaha rétorque : non, ce logement est pour tout le monde.
  • Je m’en contrefiche, indique Clain.
  • Je préfère dormir dans la forêt, continue Evendur.
  • C’est Kerlam’halaha qui sera propriétaire reprend NybarG.

Dans le tumulte, Harbin ne comprend rien. Il repose la question et propose un vote entre les aventuriers pour régler cette histoire stupide. Finnan vote pour lui-même, évidemment, et il reçoit celui de Clain. NybarG et Evendur votent pour Kerlam’halaha qui accepte de devenir propriétaire mais maintient que le logement est pour tout le groupe. Harbin Wester demande quelques minutes, recule et ferme la porte. Après quelques instants, il revient et tend un papier officiel à la magicienne. L’acte de propriété entre les mains, le groupe remercie le bourgmestre puis il prend le chemin de la taverne.

Accueilli par Toblen, le groupe explique qu’ils aimeraient fêter avec tout le village la mort du dragon et leur arrivée officielle dans la communauté. L’aubergiste n’en revient pas. Les aventuriers ont réussi à abattre la menace qui planait sur Phandalin. Il explique qu’il est trop tôt, mais que tout sera prêt pour le soir même.

Sur les coups de vingt heures, la fête bat son plein. Quelques musiciens du village jouent sur une petite scène installée devant l’hôtel de la chance. Tout le monde est là. Toblen, Harbin et Barthen servent des chopes de bière, du fromage ou du pain. Adabra Gwyn, la sage-femme du village discute avec la responsable du comptoir des mineurs. Les deux archéologues nains savourent une bière, accompagnés de Big Al Kalazorn. Des enfants et des villageois dansent et chantent sur la place. Assis sur un tabouret, Falcon regarde les festivités avec un sourire sincère aux lèvres. Dans un coin, quatre femmes semblent bien tristes. Elles mangeant à l’écart et ne semblent pas d’humeur festive.

d054f83012a2e608cd38cedb25a01e86b89f1df1_hq

Clain et Finnan se rendent à côté des quatre fermières et demandent pourquoi elles ne profitent pas de la fête. Elles expliquent qu’elles sont à la recherche de leurs maris et du frère de l’un de ceux-ci. Chassés par les orcs de leurs fermes, ils ont dû se rabattre à survivre quelques temps dans la campagne. Les hommes ont décidé de s’armer et de trouver le repaire du dragon pour voler son trésor et recommencer une vie de zéro.

Clain et Finnan font rapidement le lien avec les cinq mercenaires de la forteresse. Le premier a reçu une flèche dans l’épaule et n’a jamais été revu. Deux autres ont été abattus par NybarG tandis que les cadavres des deux derniers sont quelque part dans la montagne, morts, les mains liées dans le dos. Clain explique rapidement et maladroitement qu’ils ont trouvé des corps correspondant aux descriptions de leurs maris sur le chemin montant à la forteresse. Il ment en indiquant qu’ils sont sans doute morts de froid, ou tués par le dragon. Son discours est décousu et maladroit, Finnan à côté de lui est bien meilleur menteur et se rend compte qu’il ne va pas réussir à convaincre les quatre femmes. Il lui vient en aide : « mon compagnon a été chamboulé par tout ce que l’on a vu et vécu ces derniers jours. Il a trouvé les corps de vos maris dans un ravin et a été choqué de cette découverte… ». Clain reprend en indiquant qu’il priera pour les âmes de leurs maris. Les fermières sont moyennement convaincues et se disent qu’il y a quelque chose derrière tout ça. Elles remercient les deux aventuriers et précisent qu’elles enverront des gens chercher les corps dans la montagne.

julian-kok-324166-festival-gathering-larger

De son côté, Kerlam’halaha voit dans cette fête une excellente occasion de monter sur scène pour faire profiter tout le monde de sa musique. Elle utilise les accessoires trouvés pendant les dernières quêtes pour augmenter ces effets. Alors qu’elle monte sur scène, sa cape bouge, flotte et danse alors qu’il n’y a pas un souffle de vent. Lorsqu’elle utilise son luth magique, les premières notes font apparaître deux danseurs fantomatiques qui se déplacent en rythme avec la musique. Le spectacle est incroyable pour les villageois même si la prestation de Kerlam’halaha est encore une fois tout juste moyenne. Evendur sourit en voyant son ami elfe sur scène. Il invoque un ours blanc sur la scène. L’animal s’assoit et bouge le haut du corps et ses énormes pattes comme s’il dansait. NybarG s’assoit à côté de l’ours et tape des mains en rythme. L’énorme animal au pelage blanc et le demi-orc poilu effraient un peu les enfants du village, mais ils reprennent rapidement leurs danses devant cette scène incroyable.

La fête durera jusque tard dans la nuit. Cela restera un moment mémorable dans tous les souvenirs des habitants de Phandalin. Lorsque les derniers villageois, ivres pour la plupart quittent la place, Harbin, Toblen et Barthen se retrouvent seuls avec les cinq aventuriers. Toblen sert la main des nouveaux membres du village et les remercie une dernière fois. Barthen s’en va après un grand salut vers le groupe et Harbin part en indiquant que le village va enfin pouvoir reprendre son rythme de vie normal.

Fatigués mais heureux, Finnan, Clain, Kerlam’halaha, NybarG et Evendur se rendent dans leur nouvelle maison. Ce fut une magnifique journée, mais il faut se reposer maintenant.

adventures-in-icespire

Ajouter un commentaire

Next Post Previous Post